Agence

1. Notre démarche

Comprendre les mutliples interactions entre le sol, son contexte et les dispositifs urbains

OLM se distingue par la recherche constante de processus opérationnels qui façonnent le paysage dans le temps et par une mise en œuvre “ultra spécifique” des territoires sur lesquels nous travaillons. La méthode de travail, à la fois intuitive et systémique, est représentée en maquettes, diagrammes, axonométries et coupes afin d’expliciter au mieux l’approche de l’agence. Chaque projet est pensé comme la continuation d’un questionnement plus général sur la relation entre le territoire, l’architecture et les systèmes de productions des paysages. Nous nous intéressons à des notions de socles, temporalités, processus, morphologie qui nous permettent d’aller au-delà de ce qui est immédiatement visible.

Photo 1

Le paysage est considéré comme un champ de transformations permanent

Nous débutons chaque projet par une cartographie précise du territoire qui permet de rassembler toutes les données existantes, programmatiques, géographiques, végétales, urbaines et de déplacement, afin de rendre visibles les différentes situations conflictuelles entre usage, fonction et programme. Ces conflits peuvent être regardés à partir des dynamiques qui constituent le site donné. Ces dynamiques sont toutes les transformations et modifications (naturelles et artificielles) qui affectent le site dans le temps : mouvements d’érosion, circulation de l’eau, pollutions, densités bâties... Afin de comprendre les conséquences de ces phénomènes sur le paysage, chaque paramètre peut être retracé de l’échelle géographique (géologique) à l’échelle humaine par une cartographie minutieuse. Ce travail met en évidence les moments très particuliers de variations, de changements d’un état à un autre, qui expliquent les formes du paysage étudié. Le paysage est considéré comme un champ de transformations permanent (à différentes échelles de temps) dans lequel nous nous inscrivons et intervenons.

Photo 2

Négocier le passage d'une identité à une autre

Nous sommes convaincus que le premier travail du paysagiste est de comprendre les multiples interactions entre le sol, son contexte et les dispositifs urbains qui permettent ensuite l’élaboration de nouveaux plissements topographiques. Nous travaillons autant sur des formes que sur des stratégies de transformations du territoire qui donnent un sens au projet. Penser en termes de processus signifie que l’attention est portée à la fois sur le jeu de conditions qui engendre les formes et sur les formes elles-mêmes. Pour autant, le projet ne cherche pas à créer une identité sans forme ou en partant de zéro, mais bien de négocier le passage d’une identité à une autre, comme l’affirme Bernard Cache: ‘’l’identité [...] est le résultat d’une construction’’. Le travail devient alors plus un acte d’organisation et de re-construction que de création pure. Le projet de paysage devient alors plus un acte de reconstruction et de réorganisation de l’espace entre la géographie du territoire et la géométrie du dessin.

Le travail du paysagiste devient alors un acte d’organisation et d’articulation de l’espace entre la géographie et le programme.Cette méthode de travail est une manière de reconsidérer le répertoire des modèles spatiaux attachés à la géométrie classique, tels qu’intérieur/extérieur, centre/périphérie ou plein/vide. Nous pensons que les notions de surfaces, de seuils, de topographies, de mouvements et de temporalités, sont des moyens d’organisation spatiale à grande échelle. Ces outils conduisent à une expérience du paysage, où la production de sens peut être atteinte uniquement par différents degrés de relations entre ces éléments. Ainsi, le projet de paysage possède la capacité d’offrir une réelle interface entre espaces urbains (global/local), territoires (en mouvements) et sociétés (individus/groupe). 

2. L'équipe OLM

Des cultures et savoir-faire qui permettent de réaliser des études et missions de maître d'oeuvre

Image

Philippe Coignet

Fondateur, Paysagiste DPLG, MLA
Image

Guillaume Boehm

Architecte paysagiste
Image

Davide Costelli

Architecte paysagiste
Image

Camille Dandelot

Designer espace public
Image

Alice Hallynck

Architecte-urbaniste
Image

agnès languedoc

Assistante de direction et communication
Image

Christelle Monnier

Paysagiste DPLG et géographe
Image

Silvia Zagheno

Architecte paysagiste

3. Nos 5 principes

OLM fonde sa démarche sur la recherche constante entre processus et formes qui conduisent au projet de paysage quelle que soit l’échelle abordée.

Strates Topographiques

Le sol tactile et tectonique est la base de notre travail, avant même celui de l’expertise végétale. Le sol est ce qui conditionne notre manière de marcher, de regarder, de bâtir et de planter. La géographie, « l’écriture de la terre », est une succession de strates qui se sont accumulées lentement pour façonner le sol.

Convergences et divergences

Le projet de paysage naît à partir de situations parfois conflictuelles entre usages, fonctions, programmes et site. Ces « conflits » peuvent être analysés à partir des dynamiques naturelles, humaines et artificielles qui affectent le site dans le temps: mouvements d’érosion, d’absorption, de circulation de l’eau et du vent, des déplacements... Afin de comprendre ces situations, chaque paramètre peut être retracé et cartographié de l’échelle humaine à l’échelle géologique à des temps très courts ou lents. Ces différentes dynamiques convergent sur des lieux pour s’accumuler (gares, étangs, aéroports, places, jardins) ou se disperser.

Écologie urbaine

Nos champs d’actions sont principalement métropolitains. Le Naturel n’existe presque plus mais les éléments du vivant s’adaptent très vite aux situations critiques de nos environnements urbains. Nous considérons ainsi le paysage comme un champ de transformations permanent à différentes temporalités où le végétal est l’expression des conditions pédologiques, climatiques et hydrologiques.

Programmation inventive

Le programme donné est une donnée brute qu’il faut critiquer, réorganisé, réinventer. Nous relisons sans cesse ces informations qui sont un point de départ pour obligatoirement aller au-delà et susciter une curiosité nécessaire à chaque projet.

Processus et temporalités

Penser en termes de processus signifie qu’au départ du travail de paysagiste, l’attention est portée sur le jeu de conditions qui engendre les formes plutôt que sur les formes elles-mêmes. Pour autant, le projet ne cherche pas à créer une identité sans forme ou en partant de zéro, mais bien de négocier le passage d’une identité à une autre. Le travail devient alors un acte de ré-organisation et de re-construction des éléments, surfaces, objets qui interagissent entre eux.

Photo 3

4. Nos clients

Grand Paris

  • MAITRES D'OUVRAGE PUBLICS
  • Communauté d'Agglomération de Plaine Commune
  • Communauté d'Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Conseil Général de Seine-Saint-Denis
  • Conseil Régional d'Ile-de-France
  • Cop HLM Boucle de Seine
  • Grand Paris Aménagement pour la Communauté de Communes du Provinois
  • Emerige
  • EPADESA
  • EPA ORSA
  • Etablissement Public Campus Condorcet
  • Paris Habitat
  • SEM 92
  • Ville d'Ermont
  • Ville de Meudon
  • Ville de Paris
  • Ville de Saint-Germain-lès-Arpajon
  • MAITRES D'OUVRAGE PRIVES
  • Aéroports de Paris
  • Axeparisud
  • Elogie
  • Fondation Imagine
  • ICF Habitat La Sablière

France

  • MAITRES D'OUVRAGE PUBLICS
  • Bayeux Intercom
  • Collectivité Territoriale de Corse
  • Conseil Général de Guyane
  • Communauté Urbaine du Grand Toulouse
  • OPPIDEA
  • Partenord Habitat
  • Société d'Aménagement de l'Aggolomération de Montpellier
  • Société d'Equipement de la Touraine
  • Ville d'Angers
  • Ville de Bayeux
  • Ville de Lisieux
  • Ville de Rennes
  • Ville de Saint-Priest
  • MAITRES D'OUVRAGE PRIVES
  • Altarea Cogedim
  • BNP Paribas Immobilier Résidentiel
  • Bouygues Construction
  • Hines
  • Icade
  • LinkCity
  • Nexity
  • Vinci Immobilier

International

  • MAITRES D'OUVRAGE PUBLICS
  • ADT ATO Bruxelles
  • Fonds d'Urbanisation et d'Aménagement du Plateau du Kirchberg
  • Ministère Grec de l'Environnement
  • Ville de Bruxelles
  • Ville de Lausanne
  • Ville de Toronto

5. Publications

2016

Airport Landscape

Helenikon - Grèce

2009

Design Ecologies

Hellenikon - Grèce

2015

Traits urbains

Parkway E40 - Bruxelles

Traits urbains

Rue Nationale - Tours

AMC

Saint-Germain-lès-Arpajon

2007

Paisajismo

Jardin Métis - Canada

2013

Lanscape architecture

Présentation OLM

Expression paysagère

Toulouse et Meudon

2009

L'enjeu capital(es)

Hellenikon - Grèce

Architecture durable

Boulogne-Billancourt

2008

Expression paysagère

Hellenikon - Grèce

Giardini

Jardin Métis - Canada

AMC

Najap

d'A

Halle Pajol

New Landscape

Jardin Métis - Canada

Le Moniteur

Hellenikon - Grèce

Najap

Najap

2007

Transit

Erosion et temporalité

Hybrids

Jardin Métis - Canada

Magok waterfront

Magok - Corée

Fieldwork

Hellenikon - Grèce

C3

Hellenikon - Grèce

2006

Domus

Hellenikon - Grèce

Topos

Hellenikon - Grèce 2004

Topos

Hellenikon - Grèce 2005